Expression artistique

Book mars 2017 des résidants du CTR de la Levée
 
Cet ouvrage retrace le travail artistique des résidants du CTR de la Levée, réalisé au cours des sept dernières séances d'art thérapie menées par notre intervenante en art-thérapie. D'après l'oeuvre originale d'Hélène d'Oettingen, le travail proposé aux résidants s'est concentré sur la recherche de l'inspiration nécessaire pour en proposer une adaptation plus personnelle.

Le point de construction artistique initial visait à choisir parmi les préférences de chacun, un élément de la faune ou de la flore, à la reproduire avec les techniques de dessin et de peinture, puis à construire autour de celui-ci un univers coloré et imaginé de toutes parts, par les résidants.

 

 

Article magazine "Jardin Familial de France" janvier 2017
Consultez l'article ICI
 
 
Inauguration de l'Atelier : exploitation d'un jardin potager et récupération / restauration de meubles - octobre 2016
 

Atelier photo des usagers du CSAPA rue Ste Anne et du CAARUD - juin 2015
Cliquez ICI pour voir la vidéo

Book de l'exposition "Les Mains Libres" par les Résidants du CTR de La Levée - Maison des Association Orléans La Source - Janvier 2015

Book Oeuvres Juillet 2014 - Masques et Couleurs

Book Exposition Février 2014

Recueil des oeuvres d'art thérapie réalisées par les résidants du CTR et présentées au cours de l'exposition qui s'est déroulée en juillet 2014.

 

Cliquez sur le book, tournez les pages et découvrez!


Portraits cachés

Photos réalisées pendant les ateliers thérapeutiques « théâtre » avec Michèle FAY au Centre Thérapeutique Résidentiel de La Levée par Jules GALLEGOS »


 Ateliers d'écriture des résidants de la Levée

Les textes suivants ont été écrits par les résidants du Centre Thérapeutique Résidentiel la Levée

Loin de moi. Si tu savais.

Loin de moi
Depuis que tu es parti
Il y a 2 mois et demi
Mais toujours si près dans mon cœur

Si tu savais
Comme ça a été dur
D’être seule
Dans ce grand appartement
Vide de notre fils
Et ensuite vide de toi

Loin de moi
Mais toujours en moi
Les jours se suivent
Et se ressemblent
Tous vides de toi
Et vides de sens

Si tu savais
A quel point
J’ai hâte de te revoir
Et de revoir mes enfants
Qui sont eux aussi
Loin de moi

Si tu savais
Mais tu sais
Toi aussi tu es seul
Si loin
Dans ta communauté
Et tes lettres
Tant attendues
Me font dire
Que moi aussi je te manque

Si tu savais
Quel a été mon plaisir
D’avoir une lettre de ma fille
Puis de notre fils
Puis une de toi bien sûr
« Loin des yeux loin du cœur »
Foutaises

Si tu savais comme je t’aime


Je voudrais me trouver
Avant d’avoir connu
Les nuits divines en Espagne
Qui ne s’arrêtent jamais

Le désert du Niger sec
Où touaregs sont rois
Et les Babktoux étrangers
Se mélanger dans la gaieté

Je voudrais me trouver
Sans savoir si mon géniteur
A comme un chanteur
Oublier sa guitare

Si mourir me libère
Si naître m’emprisonne
Je voudrais qu’on lui pardonne

Sans avoir essayé
De déjouer la fatalité
Sur la vie que l’on ma donné

Sans avoir regardé
Dans ce silence démesuré
Sans avoir pleuré, j’étais un enfant
Et des années me sont poussées

Je voudrais pas finir
Sans connaître mon être
Où mes aïeux, mes ancêtres
Qui eux savent de qui je suis le fruit

Du bon, du mauvais
Je me tue à coups de mal-être
Si si si je sais que je le ferais
Quand un jour le courage sera là

Et il y a aussi
Tout ce que je connais
Ma mère tel le son de la mer
Où ma grand-mère qui valse avec les vagues
Sur les sentiers de la perdition

Il n’y a de perdu
Que ce maigre vécu
Qui comme si, me bottait le cul
Et dans tout ça
Que voici, que voilà
Il reste moi, et peut-être papa
Mon nuage, mon mirage

Je voudrais me trouver
Avant d’avant usé
Ma mémoire, et mes godasses
La recherche et les réponses
Le reste est dans ma tête
J’y ai creusé une véritable tombe
Mais je l’aurais à temps cette réponse

Je voudrais pouvoir me trouver
Sans qu’on ait inventé
Un personnage de bande dessiné
Qui ne ferait que me rire au nez

La vie et la mort, me font soucis
Le long du grand chemin vers la cime de l’arbre
J’irai comme un soldat chercher un ordre
Celui de savoir quelle est ma mission

Tous les enfants veulent le savoir
Et tant de trac encore
Il reste un brun d’espoir
A tous ces enfants noirs
Qui par peur du noir
Cherchent une épaule pour se protéger
Cette épaule est celle d’un père
Car si elle manque je suis sans repère

Tant de chose à voir
A voir à entendre
De petit garçon à homme de maison
Il faut pouvoir ouvrir les tiroirs

Et moi, je vois le début
De mes embrouilles, qui m’embrouillent
Dans la recherche de ma gueule
Qui veut bien m’ouvrir ses bras
Faut-il que je m’agenouille
Pour que l’on me donne des papouilles

Je voudrais me trouver
Non maman, non papa
M’avoir tant oublié
M’avoir tant tourmenté
J’ai su seul m’élever

Je voudrais me trouver
Mais ce chemin tant tourmenté
M’a en faite permis d’exister
Et peut-être un jour
De pouvoir me trouver

Ecrit à Orléans le 29 octobre 2010 par Ti Joh

'Ce poème est le noyau de mon mal-être, de mes questions et de mes difficultés dans mon rapport à moi-même.
Tous ces mots sont sortis tout seul en 1h, c’est comme si j’ai réussi à écrire ce qui me tue ou qui me donne envie d’en finir.
C’est un pastiche de « je voudrais crever » de Boris VIAN.
Ce texte est libérateur pour moi et je m’étonne d’avoir pu lire devant les autres résidants la raison de mon mal être.
Merci Laurent de nous redonner l’envie, la réflexion et la liberté de sortir notre vie de nos tripes'.


 

Nos partenaires

partenaire ars fondation de france ministère cohésion mildt pithiverais gien

... et les communes du Loiret